Magasin de spécialités « Romania »



image
Magasin Roumain
La cuisine Roumaine @Magazin Romanesc Bruxelles

Avec les pratiques, traditions et usages afférents.

Les principales spécialités de la Roumanie sont les Alivenci (feuilletés), les Ardei umpluţi (poivrons farcis), le Balmoș (autre feuilleté), les Brânzoaice (un peu l'équivalent des roulés au fromage), le Bulz (plat de résistance), les Cocoloși, la Mămăligă (polenta, dont la polenta feuilletée), les Mititei (roulés de viande aux herbes et au barbecue, une véritable institution : voir plus bas), la Plăcintă (tiropita), les Sarmale (feuilles de choux farcies), les Sărmăluţe în foi de viţă et la Tochitură.

Une cuisine riche

Le nord (Transylvanie et Moldavie) se rapproche de l'Europe du Nord, où dominent le chou, la pomme de terre, les farces, les vins bruts ; le sud (Valachie) se rapproche des Balkans avec des plats plus légers, du poisson, des brochettes, des vins doux ; partout, ciorbă, mămăligă, aubergines, tomates, poivrons doux, courgettes, ail, oignon, laitages et grillades forment les plats traditionnels (à ceci près que depuis l'arrivée du maïs en Europe, la mămăligă est à base de farine de maïs).

Comme se l'imaginent souvent les occidentaux

Bien qu'avec la mondialisation les goûts soient en train de changer, traditionnellement les Roumains ne considèrent pas comme comestibles les fromages très faits, les escargots ou les fruits de mer autres que les crustacés et les moules. Leur petit-déjeuner est plus proche du modèle anglo-saxon que du modèle latin, et comporte des laitages, des œufs et des charcuteries. La cuisine roumaine reste liée à ses racines paysannes et très influencée par les saisons : l'été, fruits et légumes sont consommés frais, alors que l'hiver, les légumes et les fruits frais sont remplacés par des conserves au vinaigre. La géographie contrastée a aussi conditionné la diversité des préparations culinaires.